Fin du voyage et rétrospective

 


D’emblée, dans ce voyage, j’ai appris que ma capacité à blogger est directement proportionnelle à l’heure à laquelle je rentre à la maison. Ainsi, les derniers jours du voyage, je n’ai pas beaucoup écrit.

Ça fait maintenant un peu plus d’un mois que je suis rentrée. J’aurais voulu poster ce billet le 4 février, mais j’ai raté mon coup. Alors je le poste le jour de mon anniversaire.

Le premier janvier fût une journée plutôt relax. Entre cette date et le 4 janvier, c’est le congé des fêtes au Japon, ainsi, le rythme ralenti et beaucoup de magasins sont fermés. Nous sommes allés tous les 9 manger des sushi à Shibuya, dans une chaîne où l’on commander les plats via une tablette et ils sont livrés à la table sur un plat sur roues. Il y avait beaucoup d’options végétariennes et c’était délicieux et bouratif. En nous rendant au restaurant, j’entend une mélodie familière… c’est le nouveau single de Morning Musume, qui est sorti le 29 décembre! Les trois chansons sont mixées en un excellent medley promotionel. Il est plutôt rare d’entendre des chansons du Hello!Project dans les magasins, mais surtout à Shibuya, ça m’a complètement ravie! (Le vidéo au début de ce post est l’une des chanson du single). Pendant que mes comparses se cherchaient un dessert, j’ai été happé par un énorme Mandarake. J’y ai dégotté la Berryz Completion Box édition régulière (6 CDs) en usagé, ce qui a fait le bonheur de mon porte-feuille, puisqu’elle était 2500 yens au lieu de 6000. J’ai également acheté un artbook de Imai Kira, illustratrice lolita très populaire qui fait un paquet d’illustration pour Otome no Sweing, entre autres choses. Otome no Sewing est un Mook (Magazine Book) de patrons lolita qui paraît deux fois par année et que je collectionne, en espérant avoir un peu de temps pour confectionner certaines morceaux éventuellement. Le Mandarake était tellement grand que ça a dû me prendre… 30 minutes? trouver le fond du magasin. C’était assez impressionnant. Pour une raison obscure, il y avait un tome de Rose de Versailles en version française (!!!) à 1500 yens, donc une fraction de son prix au Canada, qui est autour de 35$ neuf. Je l’aurais acheté si je n’avais pas eu le juste pressentiments que mes valises étaient déjà trop pleines. Ils avaient aussi de la papetrie de Gokinjo Monogatari datant de la prépublication de la série, c’est-à-dire 1996. Je me devais de ramener cette importante pièce d’anthologie au Canada et c’est ce que j’ai fait.

Le 2 janvier, deux moments importants : Mon copain, qui s’est malencontreusement trompé en achetant son billet de retour, a dû acheter un nouveau billet qui le fait quitter un peu plus tôt que nous. J’ai donc passé un avant-midi aux arcades avec lui, à explorer plein de rythmgames dont le charmant BitStream, et savourer encore une fois des beignes du Mister Donut. À 17:00, j’avais mon premier concert du Hello!Project. Un peu de tristesse, mais beaucoup d’excitation pour meubler les 48 à 72 heures où nous serions séparés par un océan. C’était le premier concert de leur tournée d’hiver Singing! Dancing! Exciting!. Le  concert porte bien son nom. J’avais des places correctes, je voyais assez bien la scène parce que la salle est bien faite et que j’avais des plateformes aux pieds. J’ai pu voir entre les gens Maimi (la leader de °C-ute) quand les artistes descendent de la scène pour passer dans les rangées pendant les numéros de groupe. Sa présence est extrêmement impressionante! Puisque c’est un concert conjoint de tous les groupes, il y a parfois une soixantaine de filles qui performent en même temps! J’étais un peu triste parce que deux membres très importantes, Riho Sayashi, ace de Morning Musume et  Kanon Fukuda, une de mes membres préférées du H!P viennait de quitter leurs groupes respectif, alors il y avait un vide certain. La setlist était relativement prévisible, puisqu’il n’y a que des double A-side et des triple A-side depuis les dernières années, mais puisque j’ai été charmée par les singles de 2015, je vais leur pardonner 8D. Durant le concert, ils ont annoncé que des auditions se tiendrait pour la treizième génération de Morning Musume. J’ai eu droit à de nouvelles chansons comme l’excellente « Boogie-Woogie Love » de Country Girls, les nouvelles chansons de Juice=Juice (dont celle sous le nom NEXT YOU) et à d’excellent Shuffle Units, qui sont ma partie préférées des lives du H!P.

Notes individuelles:
-Moe Kamikokuryo, une nouvelle venue dans Angerme qui prend un peu la place de Kanon Fukuda, faisait ses débuts sur scène. Elle a constament l’air terrifié en performant, mais elle chante assez bien. Ce n’est pas Kanon, mais je ne suis pas contrairiée de sa présence. Par contre, j’ai été surprise par Rikako Sasaki. C’était ma préférée quand elle était en formation, et elle s’est améliorée depuis. Cette fille est une boule d’énergie. Elle est vraiment grande, plus que je ne l’aurais cru et elle danse avec une puissance incroyable. C’est sans aucun doute ma préférée de Angerme en ce moment et j’espère qu’elle aura une longue carrière, son potentiel est immense.
-Karin Miyamoto, que vous avez déjà vu dans l’introduction de ce blog, est elle aussi très impressionnante sur scène. Bien qu’elle ait l’air mignon et délicate en photo, j’ai été surprise par son professionnalisme et son talent en danse. Elle aussi a confirmé qu’elle méritait sa place dans mon palmarès.
-Ayumi Ishida hérite du solo de danse dans la chanson de graduation de Riho. Elle lui succède très bien et je trouve que c’est un bel hommage que sa rivale prenne sa place (Riho a promis qu’elle reviendrait après avoir étudié la danse et l’anglais, alors je compte bien qu’elles se donnent du fil à retordre pour se surpasser mutuellement dans une esprit de franche camaraderie). Elle était très bien dans le numéro de danse hip hop de la troupe Hello!Station.
-Les derniers single de °C-ute sont définitivement meilleurs interprétés live. Je rêve d’aller à un handshake event éventuellement, je ne savais pas qu’il y en avait après les concerts. Ce sera pour une prochaine fois!

3 Janvier, second et dernier concert du Hello!Project de mon voyage. Encore une fois situé au Nakano Sunplaza, juste à côté de mon très cher Nakano Broadway, j’ai mis le chandail que j’ai acheté la veille à l’effigie d’Ayumi Ishida et produit spécialement pour son anniversaire. La setlist était très semblable, mais les shuffle unit étaient différentes. J’ai été contente de profiter une nouvelle fois de cette énergie, même si j’étais un peu plus loin dans la salle. J’ai eu comme voisine les deux fois la même fan, qui venait des Pays-Bas et qui est fan de Miki Nonaka. On a un peu jasé, elle était sympathique. Après le concet, j’ai vécu un moment un peu spécial : un fan japonais m’a arrêté pour me donner deux single de Juice=Juice (les fans en achètent plusieurs pour participer aux Handshake events). J’avais entendu dire que cela arrivait, mais je ne pensais pas que ça m’arriverait à moi. J’espère avoir réussi à le remercier adéquatement même si j’étais tout à fait confuse. J’ai eu Karin comme photo bonus dans l’un des CD (dans l’autre, que j’avais déjà mais que j’ai donné à ma soeur, il y avait exactement la même photo d’Uemura Akari que j’avais eu avec le CD que j’ai acheté par moi-même. Il faut croire que c’est ma destinée XD). Après cet émoi, direction Joysound Nakano pour un peu de karaoké avec des amis <3. Ils ont des salles à thème de Neon Genesis Evangelion, dans lesquelles nous n’étions malheureusement pas. Par contre, voir la déco du couloir était déjà excitant!
Ils avaient une promotion avec des boissons à l’effigie des membres de Love Live, alors moi et mon amie Eliane avons craqué et essayé deux drinks chacune. Ils étaient… particuliers, c’est le moins qu’on puisse dire. Chaque verre venait avec un sous-verre au hasard, mais un de mes amis a eu ma membre favorite et me l’a donné <3. En revenant, je cherchais la pâtisserie Swallowtail pour ramener un peu de pâtisseries élégantes avec moi au Canada. Sur mon chemin, j’ai trouvé le Tokyu Hands, magasin d’artisanat. Je DEVAIS y aller. Par chance, la pâtisserie Swallowtail vendait des fukubururo juste en avant! Pour 2000 yens, j’ai donc eu entre 4000 et 5000 yens de marchandise. Tout était délicieux.

4 janvier : En route vers l’aéroport! Chargée comme un âne, j’ai été séparée du groupe, mais j’ai retrouvé un ami et nous sommes allés manger des pâtes en haut du Marui à Ueno. J’aimerais explorer plus cette région la prochaine fois que je retournerais à Tokyo. Alors qu’on descendait dans l’ascenceur, j’ai remarqué qu’il y avait un Village Vanguard (Exciting Bookstore!) dans le bâtiment. Aucune chance de l’explorer, malheureusement, on doit courir pour attraper le shinkansen vers l’aéroport. 8 lurons plutôt stressés se sont retrouvés et ont prit leur Shinkansen à temps.

À la fin de mon voyage, mon copain m’a appris que le magazine que je cherchais, CUTiE, avait cessé d’être publié depuis septembre. Il existait depusi les années 70!. Je me suis consolée en achetant le Kera de février, un LARME et deux manga dans une librarie à l’aéroport. Le voyage fût un peu long et pénible, mais j’ai réussi à attraper in extremis la navette de l’aéroport jusqu’à la ville et à attraper le dernier métro vers chez moi. Mon très gentil copain est venu me rejoindre à ma station pour m’aider à ramener mes valises à la maison.

Si j’avais écris ce post de blog directement en étant rentrée, j’aurais probablement dit que j’étais sans équivoque très heureuse d’être rentrée à la maison. Il y a quelque chose de jouissif à comprendre tout ce qui est écrit et à savoir que l’on peut communiquer avec les gens. Depuis les deux dernières semaines, cela dit, je commence à m’ennuyer de certaines activitées et de nourriture qu’on ne peut trouver qu’au Japon (je rêve la nuit de leur variété de patates douces!). Il est donc sûr que je retournerai au Japon éventuellement. Quand? Seul mon porte-feuille le sait. Le dollar canadien est extrêmement bas en ce moment, donc probablement pas de sitôt. Également, il est important pour moi d’avoir une meilleure maîtrise du japonais afin de pouvoir discuter et interagir avec les gens. Je suis par contre équipée, puisque j’ai maintenant plusieurs livres à lire quand j’aurai le niveau! Ce voyage a certainement augmenté ma détermination et m’a permis de mieux cibler ce qui me sera utile éventuellement.

Je voudrais remercier tous les lecteurs de ce blog. Ma famille, qui est absolument adorable, ne semble pas comprendre le système de commentaires, mais j’ai apprécié tous les petits mots que vous m’avez envoyé par courriel. Je suis heureuse d’avoir pu vous montrer mon quotidien et mon dépaysement.

À bientôt pour d’autres aventures (idéalement au pays du Soleil Levant, parce que le paysage à Laval, on repassera…)

Publicités

Petites nouvelles avant la nouvelle année

Le silence radio est derniers jours est dû à un rhume virulent, probablement par que je suis exténuée.

Les Onsen étaient géniaux, super relaxants. En réservant, nous n’avions pas compris qu’il y avait un repas de base compris, alors nous avons commandé un extra pour chaque personne. C’était ÉNORME. Les bains étaient superbes, mais je n’ai que des photos de l’intérieur. En revenant, on a parcouru Otome Road et moi et mon amoe Maroe avons profité de ma réservation au Swallowtail, un charmant Butler café.(pas de photos permises, malheureusement pour vous)15-12-28-13-27-50-506_photo.jpg

Le 29, je suis allée au Comic Market d’hiver.  Malgré le rhume carabiné et un léger feeling délirant, j’ai pu rencontrer certaines de mes auteures préférées, telle que Hayashiya Shizuru, et acheter leur matériel autopublié. Les foules n’étaient pas si pire ce jour-là. En parcourant les allées, j’ai reconnu sans doute possible le style de Kei Toume, qui vendait avec un cercle. Je ne savais pas qu’elle était là. Je suis timidement retournée quelques minutes plus tard pour demander si Toume-sensei était là et j’ai ainsi pu faire dédicacer mon doujinshi et lui parler maladroitement en japonais cassé. C’est définitivement un important moment de ma vie. Je suis ensuite allée à Saginuma chercher mes billets pour mes concerts du Hello! Project le 2 et le 3 janvier. Karaoke le soir malgré ma voix dégueulasse~

Le 30 journée relax à Akihabara avec Julien,  qui m’a gagné plein de figurines aux arcades <3. Autre fait notable de la journée, aller au Maidreamin et tomber dans un trou administratif, c’était une expérience terrible avec de la bouffe pas très bonne (mais la Maid a dessiné un chat adorable sur mes pancakes).Aujourd’hui, le 31, retour au Comicket pour passer un cadeau du Canada à une cosplayeuse qu’un de mes amis connais. Les gens étaient enragés aujourd’hui, ce qui fait des bains de foule terrifiants. Après une épopée où j’ai été séparée de mes amis et où je ne trouvais pas la façon de sortir du palais des congrès (ahaha les files d’artistes populaires qui bloquent toutes les entrées) et quelques achats, j’ai rejoint Julien à Takadanobaba où j’ai observé les murales d’oeuvres d’Osamu Tezuka et j’ai exploré le Parco à Shibuya avec Julien. Je planifie aller dans un temple à Asakusa avec des amis pour passer les dernières heures de l’année.

 

 

Nakano Broadway et Gunma

Me revoici dans un Shinkansen, cettr fois en direction de Gunma. Nous nous dirigeons dans les montagnes vers des sources chaudes naturelles au coeur des montagnes. Le tout promet être très relaxant une fois que nous serons arrivés.

Hier, je suis allée à Nakano Broadway, surnommé le « Second Otaku heaven ». C’est un centre d’achat semi-miteux bourré de petits commerces, mais surtout de MANDARAKE(je pense qu’il y en a au moins 4 par étage, tous spécialisés dans des domaines Otaku différents, comme les monstres de type Ultraman ou encore les manga).

Au fond du deuxième étage se trouve unKorinbou, un délicieux restaurant complètement végétarien. J’étais là seule étrabgère et la seule personne en bas de 60$ dans le mini-restaurant pendant une bonne partie de mon repas. Une fois repue du délicieux spécial du midi, je suis allée explorer l’endroit.

Ici,on est loin des excès d’Akihabara. Au lieu de reposer sur les désirséphémères, Nakano Broadway se spécialise dans la passion; pour les vieilles séries, c’est là que le fan à une chance de trouver quoique ce soit.

Et j’ai trouvé vraiment beaucoup de choses: un timbre édition limitée de Rose de Versailles 🌹 encadré, des produits dérivés du Hello!Project (une photobook d’Ayumi, mais surtout des photos de Sugaya Risako et de Michishige Sayumi, qui ont toutes les deux quitté le Hello!Project en 2014 et dont les produits dérivés ne sont plus produits par la compagnie (on doit donc s’en remettre aux marchés de seconde main). J’ai acheté quelques mangas en Japonais, dont aucun n’a de furigana (alphabet phonétique en haut des kanji) pour stimuler mon apprentissage de la langue. Il n’y en aura pas de facile.

Avant departir, un de mes professeurs fan de manga m’a conseillé de vérifier les mandarake au cas où ils auraient un artbook de ma mangaka favorite, Toume Kei.

Hé bien…

15-12-27-10-52-12-896_photoIl y en avait pas mal plus qu’un. La caissière était un peu troublée. Je suis très heureuse d’avoir eu trouvé tous ces artbook (5) pour ~12000¥.

J’ai aussi retrouvé mon sac, je porte mes collants HEAT TECH et il neiiige!

 

À bientôt!

 

Au rythme de Tokyo

J’ai sauté une journée de mise à jour pour essayer de coussiner les émotions. Joyeux Noël à vous, chers lecteurs! Il est en ce moment minuit huit minutes le 26 décembre. La mémoire de mon cellulaire était remplie et mon ordinateur était resté à Tokyo. Ainsi, je n’ai pas beaucoup de photos du 24 décembre, un peu plus d’aujourd’hui.

Premièrement, à propos des objets perdus: je suis allée faie ma déposition le 24 au matin et j’ai donc pris un Shinkansen in peu plus tard que mes compagnons de voyage. Le processus de déposition était assez terrible avec mes micronotions de japonais confronté à leur anglais chancelant, mais le tout à porté fruits: j’ai donné les informations à la Travel Angel, c’est-à-dire la personne en charge de la maison que l’on loué à Tokyo et qui est donc fonctionnelle en japonais et mon sac a été retrouvé! Après un envoi postal de Kyôto à Tokyo, nous devrions être à nouveau réunis et j’aurais moins froid aux jambes.

Pour la veille de Noël, je suis allée à Harajuku avec mon petit ami. J’ai grandement préfèré le Laforêt aux petits commerces sur la rue, j’ai été arrêté par une fille trop trop bien habillée qui aimait mon style et j’ai très brièvement discuté de Morning Musume avec une vendeuse chez Aymmy qui a remarqué ma Sayu Pouch. Elle est fan de Kudo Haruka 🎶. Après avoir fait tous les étages, je suis sortie avec une nouvelle paire de souliers de chez Baby💕. Merci à mon copain de son infinie patience~ Un souper chez Frebshness Burger, un bref crochet par la pâtisserie et nous sommes rentrés pour célébrer Noël en groupe à la maison.

 

Départ tardif ce matin pour Tsukishima, dans la partie sud (?) de Tokyo. Nous sommes allés au fikuro no mise, qui est un café de Hiboux. Les employés connaissent bien leurs animaux et en prennent extrêmement soins, ils ont aussi des rescues que les clients ne peuvent toucher. Des hiboux,  c’est doux. Je leur ao fait des bisous sur le front.

 

Je recommande l’expérience! Pour le 25, nous avions prévu un échange de cadeaux cocasses. Le Donxiote vendant tout, nous avons cherché le plus proche de Tsukishima, qui se trouve à Akihabara. Pour les non-initiés, il s’agit du quartier de l’électronique, paradis des Otaku. À la blague, j’ai dit  que j’allais par hasard disparaître au Hello!Project Shop si on le croisait. Il était à la sortie directe de la station.  Oups.

Après avoir responsablement dévalisé le magasin, l’horaire du donki trouvé en ligne semblait indiqué que celui-ci était déjà fermé. Je me suis trompé de point de rendez-vous et je me suis retrouvée face au AKB café & Shop. Je ne suis pas très fan du groupe et je ne le cache pas, mais des filles mignonnes sont toujours un cadeau approprié. J’ai trouvé une horloge dans une canne (???) et j’ai décidé de prendre Mayu Watanabe, qui semblait être dans les cordes de mon récipiendaire. J’ai jumelé cette item à un gachapon de Worst!! (Capsule mystères qu’on gagne dans une machine et manga de délinquants respectivement). Le cadeau a fait son effet! Nous sommes ensuite allés au Karaoke, c’était génial jusqu’à temps de recevoir la facture et de se rendre compte que tous les magasins d’une même succursale  n’utilisent pas la même façon de charger les clients: alors qu’une « unité » à Ikebukuro représente une heure, à Akihabara, c’était 800 yen pour la demi-heure. À part la facture un peu salée, la journée était géniale.

Demain, direction Nakano Broadway!

 

 

Se perdre à Kyoto

Un peu plus tôt durant le voyage,  j’ai dit à un ami avec qui on voyage que Kyoto avait l’air d’une belle ville pour se perdre. Je ne pensais pas à avoir à en faire littéralement l’expérience.

Comme écrit plus tôt, j’ai décidé de prendre une journée seule. Je voulais aller au musée du Manga, mais je me suis aperçue qu’il était fermé tous les mercredis. Le temps étant à la pluie et aujourd’hui étant un jour férié, je ne voulais pas prendre de chance en allant au Ryozen Kannon.

J’ai donc décidé d’aller à un restaurant de Tofu pour goûter ce que c’est supposé goûter. Je suis allée dîner au charmant café avec options végétariennes du coin. Dans le bus vers le coin du restaurant de Tofu, qui ouvrait à 17h, j’ai googlé l’adresse du magasin de Baby the Stars Shine Bright. Par miracle,  c’est à côté

Je fais un crochet au Uniqlo pour faire des provisions de produits HEAT TECH sans taxes, puisqu’ils sont vraiment efficace et confortables. il faut que le total dépasse 10 001¥ avant les taxes pour que la « promotion » puisse être appliquée.  Cela va devenir important plus tard.

Le centre d’achat où il y avait le Baby, the Stars Shine Bright avait aussi un Angelic Pretty où j’ai pu acheter un charmant cardigan. Le tout à fini dans un sac Alice And The Pirates séparé du sac Uniqlo.

Il faisait noir quand je suis sortie. Jen’ai jamais trouvé le restaurant de Tofu parce que Google me menait à un non-lieu sous un pont. Je n’ai jamais trouvé le Hanano Gotoku pour la même raison. Je pense que j’ai passé 4 heures dans la pluie glacée. J’ai entre-temps arrêter dans un Freshness Burger où j’ai eu droit à un des meilleurs végéburger de ma vie.

Mon GPS déconnait et j’avais toute la misère du monde à suivre ses indications.J’ai fini par trouver mon bus, je suis descendue en catastrophe. Un fois le bus disparu à l’horizon, j’ai remarqué avec horreur que je n’avais PLUS MON SAC UNIQLO. Ça aurait pu être pire, mais je dois maintenant consacrer une bonne partie de ma journée de demain à voir l’office pour les touristes et à essayer de faire un signalement pour qu’ils puissent me faire parvenir mes choses, puisque j’ai signé les documents sans taxes comme quoi je quitte le pays avec le contenu du sac.

 

En somme,  c’était une journée bizarre. J’espère que ça ira mieux demain, je vais aller me démaquiller et me coucher,  on décolle tôt demain.

 

Osaka~22 décembre

Journée plus relaxe aujourd’hui (hier,en fait!), au lieu d’aller à Nara et à Osaka, nous nous sommes levés plus tard et sommes allés directement à Osaka. Les buts étais étaient les suivants:

-Manger du  boeuf Kobe (pas pour moi)

-Aller au château d’Osaka

-manger des okonomiyaki

Après les deux jours de marche intense, mes petites jambes ont très légèrement trouvé le répit. Pendant que mes comparses riaient de joie en mangeant du boeuf Kobe et du crabe (deux spécialités de la région), j’ai mangé un Jap Chae en refilant le morceau de viande à un ami (les substitutions ne sont pas vraiment possible au Japon).

Osaka est une ville ultra impressionnante. Reconstruite entièrement (ou presque) après avoir été rasée par les bombardements de la deuxième guerre mondiale (avec des bombes « normales »), la ville dégage un impressionnant neuf. C’est très propre, même si j’y ai vu plus de graffiti et de vandalisme que durant tout le reste de mon voyage. Je trouve que ça exude la ville américaine,  mais dans un univers fictif et presque parfait. On est beaucoup plus solicité qu’à Tokyo, qui est à mon sens surstimulante (je risque de revenir sur cette phrase dans les prochains jours).

Tout ça pour dire que le château d’Osaka est plutôt un musée, mis à part l’extérieur fidèlement reconstruit. N’étant pas extrêmement fan des spécificités de l’histoire de guerre, j’ai trouvé ma visite moins intéressante que ce à quoi je me serais attendu, mais j’ai apprécié voir beaucoup de corbeaux et les documents originaux en papier de l’époque. L’extérieur est également superbe.

Nous sommes ensuite allé au Mizuno,les meilleurs okonomiyaki de la ville faits à base de farine de patates. Ils avaient une option végétarienne 💓.Le Mizuno est assez réputé et délicieux pour être dans le guide Michelin 2016. C’était fa-bu-leux. Nous étions déjà dans Namba, alors nous sommes allés à Denden town,qui semble être le quartier Otaku d’Osaka, vu la présence du NMB48 theater que j’ai vu au passage, d’un Tora no Ana, d’un nombre impressionnant d’arcades et de Maid Cafés (une Maid outillée d’oreilles de chats nous a fait des coucous de la vitrine du Maidreaming, c’était TRÈS DIFFICILE de résister). J’ai autrement dépensé mon argebt de manière stupide dans les arcades et dans les UFO catchers. J’ai au moins réussi à gagner ce que je voulais une fois~ J’ai aussi fait des purikura avec mon amie Marie.

Nous sommes rentrés plutôt tard.Aujourd’hui, je me sépare du groupe, je vais manger du vrai Tofu de Kyôto et je vais au manga museum,en espérant finir la soirée à nouveau au Hana no Gotoku.

 

 

 

 

 

 

Kyoto, les genoux et dépasser ses limites

C’est vraiment spécial d’aller à Kyôto avant Tokyo. Je commence à me demander si je vais pouvoir aimer autant la mégapole que la grande ville dans laquelle nous sommes qui mélange de manière harmonieuse l’historique et le contemporain.

Ce matin,  après une bonne nuit de sommeil,  nous avons fait un crochet par la Kyôto Station pour manger de délicieux beignes du mister Donut. La station de train de Kyôto à une architecture vraiment particulière, elle est partiellement ouverte et on peut se rendre jusqu’au toit pour observer la ville et ce qui a été un projet pilote de toit verts pour la ville dans le but de contrer les gaz à effet de serre. Malgré mes mésaventures d’hier avec les hauteurs et un léger malaise,  j’ai pris la bonne décision en bravant ma peur, photos à l’appui.

 

Après nous être repu de la ville et de beignes, notre première attraction de la journée était le sanctuaire Inari, qui est le temple principal de tous les temples dédiés à cette déesse (de l’abondance, si ma mémoire ne me joue pas de tours). Le sanctuaire est étendu sur tout la hauteur d’une montagne de 233 mètres et au coeur d’une luxuriante forêt. Ce fût long et ardu, mais il est extrêmement satisfaisant de savoir que j’ai monté et descendu à pied une montagne de cette ampleur. J’en ai profité pour prier pour ma santé et mes études, en espérant que les talismans des temples aident mon entrée à la maîtrise.

 

Notre temps au Sanctuaire Inari ayabt été plus long que prévu, il était 14 heure quand nous nous sommes arrêtés dans un restaurant   de nouilles soba antique, ayant été établi il y a 500 ans. J’ y ai mangé la meilleure nourriture de ma vie *~*

 

Nous nous sommes rendus au Nichijo Castle, qui était fermé,  mais nous avons réussi inextremis à entrer au Kinkakuji, temple bâti par un Tokugawa (le grand-père du fondateur du Ginkakuji) qui est presque complètement recouvert d’or. C’est assez impressionnant.

Nous avons terminé notre journée à Gion. Le restaurant où mes amis sont allés n’avait pas d’option végétarienne, contrairement à ce qu’ils croyaient. Par contre, un de mes amis avait repérer une devanture qui parlait de plat végétariens et j’ai ainsi mangé de délicieux shoyu ramen végétariens et Halal 🍜.

Nous sommes ensuite allés au Hana no Gotouku, un tout petit bar Otaku à six place assises. Bien que nous ayons prit toutes les places assises, des japonais sont entrés pour des places debout et j’ai réussi à entretenir une conversation plus ou moins souvenu avec Toshi, un Otaku de 23 ans fan de Final Fantasy 7 (entre autres). Cette conversation s’est largement tenu via Google Translate, mais on a complimebté ma prononciation (dommage que je ne comprenne pas RÉELLEMENT le Japonais) et j’ai impressionné mon groupe d’amis avec ma débrouillardise. Les barmaid étaient SUPER gentilles et amusantes et on m’a plusieurs fois dit que j’étais mignonne (héhé). Je n’aurais jamais cru passer une des meilleures soirées de ma vie dans un bar. Je veux absolument y retourner le plus tôt possible!

 

 

Kyôto, comment peux-tu être aussi géniale? 💕Demain,  direction OSAKA!

Kyoto 20 décembre, partie deux

Je vous ai quitté alors que j’étais dans le Shinkansen en direction de Kyôto. Après être arrivés, nous n’avons pas chômé: Tout de suite, nous sommes allés prendre possession de la maison Bizan, que nous occupons durant ces quatre jours dans l’ancienne capitale. Au coin de la rue, pour mon plus grand plaisir, se trouvait un restaurant dont la devanture affichait fièrement VEGETARIAN DISHES. Mes compagnons de voyage étant de fiers omnivores très attachés à la partie viande de leur diète n’étaient pas très enchantés de me suivre, jusqu’à temps qu’ils s’aperçoivent que, comme je le pensais, le restaurant offre quelques options végétariennes, mais leurs plats tels que les Curry Rice 🍛 sont bien viandeux. Mon menu était bon et très soutenant,  j’avais une ÉNORME portion de soba (slurp slurp slurp), accompagnée de petits plats, dont des patates douces Japonaises, à l’intérieur jaune et à la pelure violette🍠.  Elles étaient DÉLICIEUSES, sucrées et décadentes comme un dessert, sans tomber sur le coeur. Le très gentil propriétaire du restaurant nous a raconté qu’il était venu aux olympiques de 1976 à Montréal,  puisqu’il savait que nous étions canadiens et qu’ils nous entendait parler en français. J’ai acheté un scone aux bleuets à emporter histoire d’avoir un déjeuner pour le 21 au matin. Mes amis ont prit le Legendary Black Curry, au parfum complexe. J’ai goûté un petite quantité de sauce et c’était à s’en pâmer, débordant d’Umami.

 

Après cet arrêt alimentaire,  nous avons suivi le Philosopher’s Path (à googler) vers le Ginkakuji, où la luxuriant végétation est fascinante, la taille impressionnante et la quétude assurée, puis nous avons fait plusieurs temples, dont un avec des escaliers VRAIMENT À PIC, qui m’ont fait regretté d’avoir payé 500 yens pour avoir la peur de ma vie, mais la vue était fantastique. Nous sommes arrivés après beaucoup de marche et un bref tour en bus à Kiyomizudera, une grand temple où la vue sur Kyôto est à couper le souffle et l’architecture (sans clous) absolument incroyable. Aux deux temples surnommés, j’ai acheté des talismans pour les études, même si le temple à Kiyomizudera est spécialisé en talismans amoureux (mariage, trouver l’amour, etc.). On croise les doigts pour la maîtrise.

Nous nous sommes après coup rendu à pied jusqu’à Pontocho,  dans le quartier Gion, petite rue commerçante où nous sommes allés au Negiya(?) Izakaya, et où j’ai mangé des légumes sur charbon de bois absolument délicieux.

 

Extrêmement fatigués après cette journée, nous avons fait le 30 minutes de bus pour rentrer. Il est présentement 21:32 et tous mes compagnons de voyage dorment depuis belle lurette. Demain,  départ de la maison autour de 8H pour aller visiter Inari Shrine et le Kinkakuji (pavillon d’or).

Petit moment de trivia : les toilettes Japonaises ne sont jamais chauffées et les maisons sont très peu/mal isolées. prendre un bain en est presque souffrant,car il faut éventuellement en sortir. Par contre, les sièges des toilettes sont chauffés.

Je vous laisse sur des images mixtes de ma journée.

 

Kyoto~

Les 13 heures d’avion ont été dures, ne serait-ce que parce que ma bulle était LARGEMENT DÉPASSÉE. Fatiguée et surstimulée, j’ai constaté plusieurs choses:

 

  • 15 à écouter de la musique et des anime, c’est une excellente manière d’acquérir le son d’une langue et un peu de vocabulaire passif, mais c’est COMPLÈTEMENT INUTILE quand vient le temps d’essayer de trouver quelque chose à manger qui est végétarien. J’ai fini par acheter un onigiri au mentaiko (à cause d’un drama de Morning Musume), mais je n’ai oas été capable de manger le mentaiko,  que j’ai donné à un ami.
  • J’ai pu retirer sans problème dans un ATM 7/11
  • Un nuit de problème règle beaucoup de problèmes.

J’ai vu deux chats hier, des graffitis sur les mur des bâtiments le long du train, environ 13 corbeaux, mais surtout un nombre incalculable de machines distributrices.

Je suis présentement dans le Shinkansen vers Kyôto, on s’est levé à 5:20 pour partir à 6 heure et des poyssuère. Le décalage horaire n’est pas tant un problème, là fin de ma session étant très près, je suis encore en mode « Dormir quand je le peux, du moment que je peux ».

Je vais vous laisser pour l’instant,  intégrer  des vidéos un peu plus tard. Je vais me concentrer sur le paysage et aller trouver un de ces fameuses machines distributrices pour trouver du Cider à boire.

 

 

 

En route vers le Japon

Il est 9:54, je suis présentement à l’aéroport O’Hare de Chicago sur le wi-fi gratuit. Il est 10:54 à l’heure du Québec.

Nous sommes parti à 3:30 du matin vers l’aéroport, j’ai réussi à dormir environ une heure et demi avant cela.

Je viens d’engouffrer un énorme burrito, parce que c’est la taille États-Unienne standard.

L’avion que nous avons pris pour la connexion  était tout petit,  je me suis cognée la tête au plafond de nombreuses fois, même si je fais tout juste 160 cm. J’ai trouvé le vol malaisant au possible, mais voir un lever de soleil PAR DESSUS LES NUAGES ☁ est probablement une des chose les plus impressionnantes que j’ai vues de ma vie. Pour contrer la nausée, j’ai eu recours à de charmants gravols gingembre ainsi qu’à la podcast sur la contagion suggérée par la charmante Karen Herland.

B612_20151218_105228

Je mettrai ce postevà jour une fois arrivée.

 

Il est 23heures,  je suis arrivée il y a quelques heures,  je vais me coucher pour me lever très tôt pour partir à KYOTO demain. Je dois deboutXD